Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 18 ans.

Du bretzel au simit

Sébastien de Courtois a pris rendez-vous avec les chrétiens d'Orient

Dans le numéro 4 du magazine "Bonjour Istanbul" qui vient de paraître, j'ai rencontré pour vous Sébastien de Courtois. Rien ne laissait présager que les pas de ce jeune homme le mèneraient en Turquie sur ceux tracés par les chrétiens d'Orient, et pourtant...


Et pourtant, dans sa prime jeunesse, Sébastien rêvait déjà de Constantinople où son arrière grand-père travaillait pour la Banque Ottomane.

 

Après des études de Droit et un Doctorat d’Histoire à l’Ecole des Hautes-Etudes à la Sorbonne, il travaille en mai 1997 dans un service juridique parisien. Un ami, désireux de découvrir la région du lac de Van et les églises arméniennes qui s’y trouvent, en particulier celle d’Akdamar, lui propose de l’accompagner.

 

Sébastien se souvient parfaitement de cette première escapade en Turquie, dans une zone où les barrages et les contrôles d’identité sur les routes étaient fréquents et le couvre-feu de mise.

  14-DECEMBRE-2009 8784 copy
                                                          Sébastien de Courtois

 

De Bitlis, le destin va l’amener à Mardin au lieu de DiyarbakIr, après être monté dans le mauvais mini-bus. En sortant de la gare routière, la route de Sébastien - qui ignorait la présence de chrétiens dans cette partie du pays – croise celle d’un prêtre chaldéen francophone qui a fait ses études au séminaire Saint-Jean de Mossoul en Irak.

Cet homme de foi qui parle l’araméen – la langue du Christ - éveille son intérêt. Il le surprend aussi, notamment quand il l’invite à poursuivre son chemin à Tur Abdin, cette région englobant une partie de la province de Mardin et de celle de Sirnak et dont le nom signifie en syriaque « la montagne des serviteurs de Dieu ».

 

Sébastien va finalement se rendre à Mydiat et passera quelques jours au monastère syriaque Mor Gabriel. C’est l’occasion pour lui de visiter de très anciennes églises et des villages chrétiens dont de nombreux habitants ont pour langue maternelle le syriaque.


Ce voyage initiatique avec les  chrétiens d’Orient opère un déclic dans la vie du jeune homme qui décide de consacrer sa recherche historique et sa plume à cette communauté. Les publications sur le sujet sont rares, si rares que Sébastien décide de réaliser un livre de photos qui permet de mêler la beauté des paysages avec celles des monuments et des hommes.

 

En 2000 et 2001, Sébastien retourne à Tur Abdin à quatre reprises avec Douchan Novakovic, photographe serbe, et son premier livre "Les derniers Araméens – le peuple oublié de Jésus" paraît finalement en 2004.


                   14-DECEMBRE-2009 8970 copy  
 

L’auteur, qui exerce une fonction d’attaché parlementaire au Sénat depuis 2003, entame, après cette première publication, une carrière journalistique. Il propose des reportages au Figaro Magazine, fasciné par l’écriture, le journalisme et le voyage qu’il souhaite associer par la même occasion. Il a d’ailleurs rédigé son premier article pour le quotidien du Figaro à l’âge de 19 ans…

 

Il finit par quitter le Sénat en 2005 et continue sa thèse d’histoire sur les syriaques de Turquie en vivant des articles vendus au Figaro Magazine, à Géo, Grands Reportages et à d’autres titres de la presse magazine liés au voyage. Il confirme ainsi sa spécificité d’historien sur les chrétiens d’Orient.

 

"Chrétiens d’Orient sur la route de la Soie, dans les pas des nestoriens", son second ouvrage publié fin 2007, allie le récit de voyage qui aura mené son auteur durant quatre mois d’Istanbul à Pékin en train, en bus … et à cheval, et l’histoire.


                     14-DECEMBRE-2009 8792 copy
 

En 2008, Sébastien s’installe à Istanbul, ville à laquelle il se sent appartenir. Sans le savoir jusqu’à une époque récente, son premier logement se trouve dans l’immeuble mitoyen à celui occupé il y a bien longtemps par son arrière grand-père… Le passé a rattrapé le présent !

 

Début 2009, "Périple en Turquie Chrétienne" apparaît dans les rayonnages des libraires. Cet ouvrage est le fruit de deux mois de périple dans les rues d’Istanbul mais aussi à Antioche, ville du sud-est de la Turquie dans laquelle, selon les actes des Apôtres, le terme de chrétien a été utilisé pour la première fois, à Tarsus, Konya, Ephèse, Izmir, Bursa, Iznik, Ankara, Trabzon, Van et Tur Abdin.

 

Il met en avant l’héritage historique chrétien de la Turquie en faisant également le point sur la situation des minorités chrétiennes dans le pays.

Au mois d'octobre vient de paraître "Le nouveau défi des chrétiens d'Orient : d'Istanbul à Bagdad". Ce dernier livre donne la parole aux réfugiés chrétiens d'Irak, tenus de s'exiler en Turquie ou en Syrie pour fuir la persécution qui sévit dans leur patrie.

 

                                              04 Couverture Défi
                                        

A travers les différentes œuvres qui ont vu le jour grâce à la plume de Sébastien de Courtois, un pan d’histoire souvent méconnu est ainsi accessible au grand public. Leur lecture permet de mieux connaître à la fois le passé important des chrétiens d’Orient et leur place dans l’histoire de la Turquie.

 


Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
The Sébastien de Courtois can be called as one of the authors that peel the real life experience into papers that generate young Christians. The Christians of the East is subjected to his devoted historical research. Definitely he lights the minds of many people.
Répondre
R

je viens de finir le livre "le nouveau défi" de sébastien de Courtois
un coup de chapeau pour ces pages intenses
quand on connait le massacre à Alexandrie LE 1ER JANVIER 2011 et en 2010 celui perpétué à la cathédrale de Bagdad
quand on a lu en 2002 son très interessant livre sur le genocide des chretiens assyro-chaldeens en même temps que ceux des arméniens au tournant du XXème siècle
on se met à avoir peur pour eux pour les survivants, à comprendre leur fuite
mais on assiste à une SAINT BARTHELEMY RAMPANTE
au nom d'un fanatisme islamique et non de simples bandits
difficile d'être optimiste
comme il y a un siècle ils tuent et prennent leurs rares biens au nom de "d'une drôle de religion qui parle de dar al arb" (pays de guerre)à tout va.
merci pour votre courage d'historien de témoin de soutien
ces chrétiens ont besoin de l'aide des citoyens libres au nom des droits de l'homme en urgence !
j'ai honte de la lâcheté des officiels de mon pays


Répondre
H

merci pour vos tendres et belles émotions que vous nous faites partager. Cordialement, henri aram h***


Répondre
N

chnorhagal 'em à vous...


C

Surtout quand on a vu avant et après


Répondre
N


A Hasankeyf, j'en en effet vu "avant" et "après"...



C

En parlant d'Akdamar; restaurée, c'est un peu la cata! valait mieux rien toucher si c'est pour ce résultat.
Les turcs ne sont vraiment pas doués pour les restaurations (cf hasankeyf et isak pacha)


Répondre
N


Je ne suis pas retournée depuis la fin des travaux de restauration... Effectivement, certaines ne sont pas du meilleur effet (je pense pour ma part également à Hasankeyf et Sumela...).



G

Bravo a ce jeune homme qui écrit des livres passionnants et a toi Nathalie pour l'avoir présenté...


Répondre
N

Comme avec la lecture de "Sultane Mahpéri", je reprends goût à l'histoire...


R

Seras-tu étonnée si je t'écris que j'attends le compte rendu de cet ouvrage avec grand intérêt ?

Bon dimanche, Nat.

(Neige ; bise et 17° degrés sous zéro cette nuit, ici ... No comment !)


Répondre
N


Je ne serai nullement étonnée... Un dimanche en Belgique (et en France aussi) où rester sous la couette avec un bon livre serait une bonne idée !



R

Voilà effectivement un créneau peu exploité dans lequel semble s'être installé ce jeune historien : c'est rare et donc difficile, à une époque où l'Histoire passionne un public de plus en plus
nombreux - il suffit de voir les devantures de librairies pour s'en convaincre -, d'encore trouver un sujet qui ne soit pas constamment rebattu.

Je ne connais pas (encore) ses ouvrages ; je compte néanmoins sur toi, si d'aventure il t'arrivait d'à nouveau le rencontrer, pour le féliciter d'avoir choisi un thème aussi pointu et d'en faire
autre chose qu'une seule thèse universitaire : des livres accessibles au public demandeur d'encore et encore se cultiver sur des sujets qu'il connaît mal, voire qu'il ignore complètement ...


Répondre
N

Je pourrai lui transmettre de vive voix tes félicitations... tout à l'heure... J'ai également prévu de consacrer un article sur un de ses ouvrages que j'ai eu plaisir à lire il y a quelques
semaines.


E

Hummm, c'est très intéressant tout ça, je crois bien qu'un de ces livres pourait tommber dans mon soulier au pied du sapin !!!
Je ne connais pas cet auteur mais ce sujet m'inspire tout particulièrement. Je fonce sur Amazone.fr, merci Nathalie


Répondre
N


Le Père Noël a de bonnes idées de cadeau ! Et Noël étant avant tout une fête chrétienne, le choix tombe fort à propos...



M

intéressant intéressant ; un jour je prendrai le temps de découvrir leur Histoire !

passe de bonnes fêtes Turques !


Répondre
N

Il y a du travail...  il ne faudra pas trop attendre pour commencer ! Et toi, passe de bonnes fêtes françaises !