Visite en Turquie du reporter-photographe belge Georges Simenon en juin 1933

Si l'on vous parle des célèbres enquêtes du commissaire Maigret, vous les associerez sans doute immédiatement à Georges Simenon, écrivain belge de renom.

 

Mais saviez-vous qu'il était également reporter-photographe et que parmi les nombreux pays où il s'est rendu entre 1931 et 1935, une période où il travaillait en temps que tel, figure la Turquie ?

 

  C14_136_sim-19-copie.jpg

                         Istanbul photographié par Georges Simenon en juin 1933

 

C'est cette tranche de vie bien moins connue du grand public que vous invite à découvrir le lycée français Notre Dame de Sion d'Istanbul depuis le 13 mars jusqu'au 4 mai prochain dans sa galerie.

 

Une centaine de photos prises par Georges Simenon, tant en France en suivant les cours d'eau, en Belgique, en Méditerranée, en Mer Noire, au Congo et au Soudan, en Italie, en Roumanie, en Bulgarie ainsi qu'en Turquie y sont exposées.

 

 expo-Simenon-025-copie.jpg

       Les oeuvres de Georges Simenon, reporter-photographe exposées au lycée NDS d'Istanbul

 

Le regard de Simenon est celui d'un être pressé de découvrir le monde, animé d'une éternelle bougeotte et « à la recherche de l'homme tel qu'il est vraiment » comme il le dira lui-même plus tard.

 

Il n'a rien d'un touriste mais d'un observateur du monde en crise des années 30 et des gens qu'il croise au cours de ses voyages.

 

  A20_012_008-copie.jpg

                     Dans la maison du Peuple de Charleroi, photo de Georges Simenon

 

Il débarque à Istanbul le 1er juin 1933 avec son épouse Régine après avoir effectué la traversée depuis Marseille à bord du paquebot "Angkor" le 25 mai.

 

Le reporter souhaite, comme beaucoup d'écrivains occidentaux, découvrir cette ville-monde décrite par d'autres avant lui mais ce voyage a également un but bien précis. En effet, il veut effectuer pour le compte du quotidien Paris-Soir une interview de Léon Trotsky, homme politique soviétique exilé et qui séjourne depuis février 1929 sur l'île de Prinkipo à Constantinople, l'actuelle Büyükada faisant partie de l'archipel des îles des Princes au large d'Istanbul.

 

Simenon désire également faire le tour de la Mer Noire pour se faire une idée plus précise du littoral soviétique.

 

Durant son séjour à Istanbul, l'écrivain et son épouse sont vraisemblablement descendus au Pera Palace. Le 6 juin, le reporter monte à bord d'un bateau à vapeur à destination de Büyükada où il rencontre le révolutionnaire russe le lendemain. L'article du reporter belge fera la Une de Paris-soir les 15 et 16 juin 1933...

 

                   expo-Simenon-013-copie.jpg

                        "Chez Trostky" fait La Une de Paris-soir du 15 juin 1933

 

Quelques temps plus tard, Georges et Régine Simenon vont à Odessa avec un paquebot italien puis poursuivent leur périple jusqu'à Batum sur un bateau de croisière russe avant de revenir à Istanbul sur un autre paquebot italien en faisant une escale à Trabzon.

 

Les époux Simenon se rendent également en train à Ankara et ils ramènent de leur déplacement en Anatolie deux louveteaux et une chienne de race karabash...

 

  C30_162_Sans-titre---7-copie.jpg

                        Dans les rues d'Ankara, photo de Georges Simenon prise en 1933

 

Le séjour turc du reporter et de son épouse s'achève le 19 juillet 1933 où ils quittent Istanbul à bord du "Théophile-Gauthier", un navire français qui les ramène à Marseille une semaine plus tard.

 

Simenon rédige plusieurs reportages consacrés à la Turquie et utilise des souvenirs empruntés de ce voyage dans une nouvelle, dans certains de ses romans ainsi que dans des écrits autobiographiques.

 

  C22_194_sim-31-copie.jpg

             Devant l'embarcadère de Büyükada, photo de Georges Simenon en juin 1933

 

L'exposition "Georges Simenon, photographe-reporter, de la Belgique à la Turquie, 1931-1935", réalisée en partenariat avec le Consulat Général de Belgique à Istanbul, est visible à la galerie du lycée français Notre Dame de Sion - Cumhuriyet Caddesi No 127 - Harbiye jusqu'au 16 mai 2014 (sauf les dimanches) de 11h à 18h et jusqu’à 20h les soirs de spectacles et concerts.


Avec le soutien de WBI (Wallonie-Bruxelles International, 25 affiches de films tirés de l'oeuvre de Simenon sont également visibles (par groupe de 10 personnes avec un minimum de deux visiteurs) au Consulat Général de Belgique d'Istanbul - Siraselviler Caddesi No 127 - Taksim sur rendez-vous téléphonique au 0212 243 33 00  ou par mail à istanbul@diplobel.fed.be   jusqu'au 9 mai prochain.

 


 


Richard LEJEUNE 20/03/2014 09:18

Belle initiative car en effet, le même type d'exposition au Jeu de Paume à Paris il y a exactement 10 ans mis à part, je ne pense pas que notre pays lui ait rendu semblable hommage.
Et comme toi, je reste persuadé que les Belges, dans leur plus grande majorité, ignorent cette facette des activités de Georges Simenon.

Manuela Posescu 20/03/2014 03:10

Un grand écrivain, un grand artiste. Bravo pour l'exposition.

Cedistic © 2014 -  Hébergé par Overblog