Du bretzel au simit

Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 13 ans

Xanthos, site inscrit au Patrimoine Mondial de l'UNESCO - partie 1

Reportage réalisé avec le concours de Yves-Marie LAOUENAN et de LDSlogo.jpg 

 

 

La Turquie regorge, tant sur sa côte égéenne que méditerranéenne, d'innombrables sites antiques de tout premier ordre dont certains sont finalement peu connus, le prestige écrasant de lieux aussi célèbres qu'Ephèse ou Aspendos les reléguant au second plan.

 

Et pourtant, nombre d'entre eux méritent largement le détour, tel Xanthos, inscrit depuis le 9 décembre 1988 au Patrimoine Mondial de l'UNESCO, situé entre Fethiye et Kaş, sur la "Voie lycienne".

 


Xanthos

 

Visiter Xanthos, situé au bord de l'estuaire du Xanthe, revient à faire un voyage dans le temps qui remonte jusqu'à 7 siècles av. J.-C., des tessons de poterie de cette époque attestant de l'occupation du site.

 

  10-novembre-2010 1113 copy

    Vue panoramique partielle du site de Xanthos, notamment l'acropole lycienne et le théâtre


Les Lyciens en firent leur prestigieuse capitale mais Romains et Byzantins y laissèrent également des traces importantes par la suite.


  10-novembre-2010-1371-copy-copie-1.jpg

             L'acropole lycienne, surplombant le théâtre de Xanthos, et ses demeures


Xanthos est à l'origine un réduit fortifié érigé sur la rive gauche du Xanthe, petit fleuve appelé aujourd'hui Eşen Çayı, et qui dévale les proches montagnes du Taurus.

 

La mer, qui, aujourd'hui, se trouve à quelques kilomètres de là, s'échoue à l'époque plus près du site dont elle est séparée par un marécage.

 

  10-novembre-2010 1353 copy

                            Vue sur le Xanthe du haut de l'acropole lycienne


Xanthos la lycienne, plus grand ville de la région, connaît son apogée entre  546 - lors de sa conquête par le général perse Harpage - et 334 av. J.-C. où Alexandre le Grand va à son tour conquérir la région et l'intégrer au monde grec.

 

De cette période dite "classique", elle hérite son nom qui signifie en grec "blond" ou "jaune".


  10-novembre-2010 0984 copy

Tombeau lycien dans l'agora romaine, formé d'un soubassement à degrés et comprenant une chambre basse partiellement taillée dans la pierre


La Lycie est donnée à l'île de Rhodes qui l'administre de 188 à 166 av. J.-C. Après une période de guerre civile, Xanthos et les alentours intègrent la province romaine de Lycie nouvellement créée, avant d'être rattaché en 395, lorsque meurt l'empereur Théodose, à l'empire romain d'Orient.

 

  10-novembre-2010 1033 copy

            Le decumanus de Xanthos, dont la mise au jour, débutée il y a 5 ans, se poursuit


Du V au VIIème siècle, Xanthos est chrétienne et connaît ainsi sa dernière période de grandeur. Elle devient même au Vème siècle le siège d'un évêché.

 

  10-novembre-2010 1018 copy

              A l'intérieur du siège de l'évêché de Xanthos à l'époque byzantine

 

Les razzias des Perses suivies par celles de la flotte arabe, la peste et les tremblements de terre vont avoir raison de Xanthos qui va mourir à petit feu après cette ultime époque de gloire.


Pendant la période byzantine, sur le site alors occupé par des tribus - turcomans ou turcmènes - une église et un cimetière ont été érigés. Mis au jour récemment, ils pourront, après études scientifiques, apporter plus de renseignements sur cette ère.

 

  10-novembre-2010 0782 copy

 Le cimetière byzantin, objet de fouilles approfondies durant la mission 2010, et à l'arrière-plan l'emplacement de l'église de la même période


Des villageois, derniers Lyciens devenus Grecs Byzantins, demeurent là, dans les ruines d'un passé prestigieux révolu, à l'arrivée des Turcs, et survivent aux troubles du Moyen-Age.


Kınık, nom d'une tribu turcmène, est attribué au village dont dépend aujourd'hui Xanthos.


Lors d'un déplacement effectué en Asie Mineure en 1838, le voyageur anglais Charles Fellows découvre le site de Xanthos où vivent alors pauvrement quelques paysans grecs, les autres habitants de Kınık s'étant installés à quelques centaines de mètres au pied du site.

 

C'est lui qui, le premier, obtient des autorisations officielles pour mener des fouilles, notamment en 1842 et 1844.


  10-novembre-2010 1238 copy

Les vestiges du monument des Néréides de Xanthos, découvert en 1840 par Charles Fellows, visible aujourd'hui au British Museum de Londres où il a été entièrement reconstitué


A la fin du XIXème siècle, un épigraphiste et un architecte autrichiens effectuent des prospections à trois reprises, recueillant les inscriptions antiques.


En 1950, le gouvernement turc concède la fouille de Xanthos à la France qui souhaite entretenir ses relations diplomatiques avec la Turquie.

 

Grâce au travail réalisé par les scientifiques français en partenariat avec les confrères turcs, elle contribue ainsi à la recherche et à la préservation des cultures et des vestiges laissés par les civilisations passées.


                   10-novembre-2010 1256 copy

Sarcophage lycien surélevé, datant du IVème siècle av. JC. Si le sarcophage s'est avéré vide, comme toujours, un vase en faïence égyptienne ainsi que quelques bijoux, exposés aujourd'hui au musée d'Antalya, ont été découverts dans le soubassement creux

 

Nous aurons l'occasion de faire connaissance avec cette mission dans le cadre de plusieurs articles à venir, mais avant cela nous poursuivrons par une petite visite guidée du site dès demain.


 

Sources : Guide de Xanthos et du Létôon de Jacques des Courtils - éd. Yayınları

 

 


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

vespcondove 17/12/2010 10:46


a cote de ce site il n y a pas la tombe de st nicolas ?


Nat 18/12/2010 06:40



Elle est à Demre, à tout de même 60 kilomètres de Xanthos... Nous aurons l'occasion de visiter aussi d'ici quelques semaines l'église qui abrite sa tombe ainsi que le site voisin de Myra.



didier 16/12/2010 20:43


Ah encore une machine sur la deuxième photo ! Nat avec ce deuxième reportage je commence à réfléchir à un circuit dans cette région pour l'été 2012...


Nat 17/12/2010 05:43



Les prochains articles vont sans doute te faire développer cette idée...



Richard LEJEUNE 16/12/2010 20:08


Grand merci, Nat, pour ces précisions supplémentaires.


Richard LEJEUNE 16/12/2010 09:45


Tu écris : "Si le sarcophage s'est avéré vidé, comme toujours, un vase en faience égyptienne ..."

1. Sarcophage vide parce qu'un cénotaphe ou parce que pillé ?

2. comme toujours : sur ce site, ou sur tous les sites archéologiques turcs ?

3. vase en faïence égyptienne : pourrais-tu m'en dire plus ?

a) Vase égyptien importé ?

b) Ou vase fabriqué par les autochtones, mais avec de la matière provenant d'Egypte ?

c) Qui dit "faïence égyptienne", dit "bleu" typique. Est-ce le cas ici ?
Aurais-tu une photo ou une référence plus précise (cartel du Musée d'Antalya) ?

Merci pour cet article extrêmement intéressant ...


Nat 16/12/2010 19:00



Le spécialiste en action :


1 et 2) le sarcophage a été vandalisé comme toutes les tombes lyciennes ; dans aucune n'a été retrouvé de corps


3) pour l'heure, j'ai trouvé les informations suivantes : ce vase représente la reine Bérénice, femme du roi Ptolémée II (283-246 av. J-C.). Visiblement, l'inhumation remonte à l'époque où les
Lagides contrôlaient toute la côte sud de l'Asie Mineure. Des traces d'une autre inhumation ont été trouvées en dessous de ces restes avec des fragments de cérémique nettement plus ancienne. La
chronologie du monument semble être la suivante : pilier construit dans la seconde moitié du VIème s. av. J.-C., addition du sarcophage au IVème s. av. J.-C., réutilisation du pilier au IIIème s.
av. J.-C.


Source : guide de Xanthos et du Létôon de Jacques des Courtils


Je n'ai malheureusement pas de photo, n'ayant pas encore visité ce fameux musée d'Antalya qui visiblement dispose d'oeuvres très intéressantes...