Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 17 ans.

Du bretzel au simit

La Théophanie orthodoxe à Fener, ancien quartier grec d'Istanbul

Si chaque 6 janvier, on fête la naissance du Christ chez les orthodoxes serbes et russes, les autres communautés orthodoxes, dont notamment la grecque d'Istanbul, fêtent ce jour-là la Théophanie. 

A l'origine, à la fois la naissance et le baptême du Christ étaient commémorés à cette date. Toutefois, au courant du VIème siècle, les deux événements ont été scindés et la plupart des orthodoxes fêtent ainsi Noël le 25 décembre et la Théophanie le 6 janvier.

                   
                                           Un pope durant l'office

Depuis que j'habite Istanbul, je souhaitais me rendre au Patriarcat Orthodoxe pour assister à cette tradition annuelle. Malgré le temps exécrable, j'ai tout de même pris mon courage à deux mains, mes gants et mon parapluie pour ne pas reporter une année de plus.

                   
                               
Les messes étant particulièrement longues (environ 2 h 30 en moyenne), je suis arrivée vers la fin. Les alentours étaient envahis des cars qui ont déversé les flots de grecs venus assister à un des évènements majeurs de l'année.

                  
                             A plusieurs reprises, de l'encens sera diffusé
 
La cohue était importante, tant dans la cour du patriarchat qu'à l'intérieur de l'église Saint-Georges où avait lieu l'office. Ce qui me surprend toujours, c'est que contrairement aux autres, les gens vont et viennent, rentrent et sortent, c'est un va et vient permanent qui tranche de façon étonnante avec le sérieux et le cérémonial qui entoure chaque messe.

C'est la première fois que je vois un pope tout en haut de la magnifique chaire s'adresser aux fidèles. 

                   

Mais il est temps d'aller à l'extérieur, avant que la foule ne soit installée, pour trouver une place respectacle au milieu des caméras de télévision et des photographes venus en masse pour l'occasion.

Direction l'embarcadère de Fener tout proche du Patriarcat où se rend, après la messe, Bartholomé 1er, Patriarche de Constantinople, entouré de tous les prêtres.

                      
                 L'arrivée du Patriarche est imminente et on s'affaire sur l'estrade

Il faut jongler entre les parapluies, le vent et la foule, ce qui nécessite pas mal d'énergie.


                  Bartholomé 1er, revêtu de sa couronne patriarcale et muni de son scêptre

Sur la Corne d'Or, au milieu des bateaux de la police et de la sécurité maritime, une petite embarcation comprend à son bord, outre quelques popes munis d'appareils photos, 11 hommes en tenue de bain...  prêts à sauter...



Après une prière, des chants retentissent... en même temps que l'appel à la prière des mosquées environnantes...

Le Patriarche jette à l'eau une croix et les hommes plongent simultanément pour aller la repêcher.



Quelques secondes suffisent au plus rapide d'entre eux pour récupérer ladite croix et la brandir fièrement hors de l'eau.



Tous les hommes sortent rapidement, les premiers étant aidés par ceux restés sur la terre ferme.

 

Tout le monde congratule le "pêcheur" de la croix !

 Noel-orthodoxe--85--copy.jpg

Ce dernier va recevoir une médaille remise par Bartholomé 1er, ainsi que les félicitations pour sa vaillance.



Les autres plongeurs vont également monter sur la tribune et auront un petit souvenir pour l'occasion.


Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Richard LEJEUNE 08/01/2009 12:09

L'intéressant, dans semblable reportage photographique, eût été de nous montrer quel type de maillot (une ou deux pièces ? mode orientale ou alsacienne ? bigarré ou sobre ? avec ou sans paillettes ? ...) portait pour ce coktail de Noël au bord de l'eau la célèbre héroïne reporter Nathalie, afin de déterminer la tendance pour les premiers mois de 2009.
(Car à vrai dire, peu me chaut les maillots des mecs ...)

Blague à part, et pour la petite histoire, dans un village voisin, au pied du château de Franchimont a lieu, chaque année, à la piscine communale en plein air, la fête hivernale : plongent également les plus vigoureux de nos jeunes gens ! Non pas pour remonter un quelconque "trésor", mais pour le "plaisir" de la performance sportive ... ou celui des yeux de leur petite copine restée sur le bord, voire dans le bar ...

Cette nuit, nous avons atteint les 20° sous zéro !!!

Nat 08/01/2009 20:27


Tu es en forme aujourd'hui dis donc ! Ma tenue était plutôt doudoune une pièce bordeaux et gants indispensables...  Et tu plongues aussi lors de la fête hivernale à Franchimont, si oui, je
veux bien me déplacer pour prendre des photos... Quant aux températures polaires qui font plus penser à la Sibérie qu'à la Belgique, il ne reste plus qu'à hiberner.


Müge 08/01/2009 01:11

Merci chère Nathalie pour nous avoir fait montré comme un film cette intéressante cérémonie avec tes belles photos. Joyeux Noël à nos amis Grecs et Arméniens!

p.s. J’attends ton article sur la conférence de Michel Crépu … Impossible pour moi d’y participer car je suis enfoncée au travail :-(

Nat 08/01/2009 06:09



J'ai voulu montrer, cette tradition, comme un film comme tu le dis. Si j'avais pu le filmer, cela aurait été d'autant mieux. Quant au 2ème point que tu abordes, je ne pourrai m'étaler sur la
conférence à laquelle je n'ai pas assisté mais... suite dans un peu plus d'une heure.



flora 07/01/2009 18:02

Merci pour ce reportage original! C'est vrai que les "messes" orthodoxes sont pour le moins difficiles à déchiffrer. J'y ai assisté en Russie soviétique et je n'ai jamais compris le déroulement, la longueur, le va-et-vient incessant des popes, entrés et sortis par l'ikonostase, nous enfumant souvent. J'étais pourtant incollable sur les cérémonies catholiques et protestantes, très strictement ordonnées. Bonne année, Nathalie! Iyi seneler!

Nat 08/01/2009 06:07


Iyi seneller Floracım ! Il y a en effet une "organisation" des cultes orthodoxes qui échappent aux non-initiés.


M&M 07/01/2009 14:49

Ma grand-mère paternelle était polonaise et je me souviens n'avoir jamais reçu de cadeau de Noël en décembre. Nous recevions nos cadeaux le 6 janvier. Ma grand-mère nous explicait que c'est ce jour-là, que le rois ont fait leurs présents à l'enfant Jésus. Donc la tradition était respectée.
Bravo aux plongeurs..... Quel courage !
Quant à toi, merci d'avoir bravé la météo pour nous rapporter ce beau reportage.
PS : ce matin à 7h, il fiasait -14°C à mon thermomètre (sous abri) ! Brrrrrr.
Schmoutz...

Nat 08/01/2009 06:00



Tes souvenirs d'enfance s'intègrent parfaitement avec le sujet. Je n'ai que peu de mérite comparé à ces plongeurs. Schmoutz.



chantal 07/01/2009 09:39

Courageux ou très croyants ces jeunes plongeurs ? en tous cas reportage amusant, fastes des habits des popes et richesses de l'intérieur de l'église. Ce dernier point me rappelle avec plaisir notre visite de l'église de BUYUKADA après une montée récompensée par le repas et la visite.

Nat 07/01/2009 09:50


Les deux je pense ! Cela semblait représenter quelque chose d'important pour ces plongeurs, de "sauver" la croix des eaux. Ah, le petit monastère de Büküyada, ma dernière montée remonte au week-end
de la Toussaint sous une chaleur presque estivale.


Tülay 07/01/2009 08:12

Bonjour Nathalie,
Comme d'habitude toujours présente au bon moment et au bon endroit.
D'apres les reportages que j'ai suivi hier soir, le jeune homme qui a réussi a sortir la croix de l'eau est une jeune venu de Grece pour cette occasion. Comme tu l'as dit dans ton article, beaucoup de Grecs se rendent a Istanbul pour Noel.
Joyeux Noel a tous mes amis Arméniens.

Nat 07/01/2009 08:16



Venir prendre son bain de Noël à Istanbul, c'est pour le moins original ! Je serais bien allée discuter quelques minutes avec le jeune homme en question, mais au bout d'une heure dehors, j'étais
vraiment frigorifiée et suis repartie immédiatement. Joyeux Noël également à mes amis arméniens.