Silifke, une ville rurale du sud de la Turquie



La tranquille Silifke, située à 8 km de la Méditerranée,  est construite de chaque côté d'une vallée boisée divisée en deux par le fleuve Göksü. Jusque dans les années 80, Silifke ressemblait à une bourgade mais en raison d'un boom agricole, Silifke est devenue une des villes les plus importantes de la province de Mersin en terme de population. Avec les villages qui y sont rattachés, elle compte aujourd'hui 90 000 habitants.

Les premières traces humaines dans ce secteur remontent à 4000 ans et la ville a été construite au 3ème siècle av. J.-C par Seleucos 1er Nikator, un des généraux d'Alexandre le Grand. 

             
                                      Vue partielle de Silifke du haut du château


La ville est devenue un lieu important de pèlerinage chrétien à l'époque byzantine, en raison du culte voué à Sainte-Thècle durant de nombreuses années tout près de là
http://dubretzelausimit.over-blog.com/article-31382374.html.

Silifke s'appelait autrefois Seleucia ad Calycadnum, puis Seleucia Cilicia, Seleucia Isauria, Seleucia Trachée et Seleucia Tracheotis. La ville antique d'Olba se trouvait aux limites de la cité actuelle.

                 
                                   Salle romaine du musée archéologique de Silifke

Le meilleur endroit pour découvrir la ville est le château de style médiéval construit a l'époque hellénique ou romaine précoce (la date exacte n'est pas connue). Il est situé sur une colline qui surplombe Silifke du haut de ses 185 mètres. 

                 
                                                   La colline qui abrite le château

Le jour de ma visite, le vent soufflait si fort que j'ai renoncé à me promener au milieu des 10 tours encore visibles aujourd'hui (23 autrefois) au risque de faire concurrence à Mary Poppins... A l'intérieur se trouvaient, entre autres, une citerne d'eau et une mosquée.

                

L'une des avenues principales de Silifke permet de voir les vestiges du temple de Jupiter qui date du IIème siècle après J.-C. 

               

Les cigognes ont élu domicile sur la colonne depuis des années ...

                             

Taş köprü, le pont de pierre construit en 1870, est agréable à voir de la promenade aménagée le long de la Göksü. 

           
                                    Le pont de pierre à la tombée de la nuit

Le musée archéologique, installé à l'extérieur du centre ville sur deux niveaux, est digne d'intérêt. Il retrace toute l'histoire de la région et l'on peut y voir des vestiges romains de toute beauté. On y trouve, entre autres, des bijoux, des pièces de monnaie et de nombreuses statues. 

           
                   Le jardin du musée abrite également un certain nombre de pièces antiques

Je n'ai été autorisée à prendre que trois ou quatre photos seulement à l'intérieur, une brochure étant, semble-t-il, en cours de réalisation...

                        

Etant restée à Silifke chaque fois en fin de journée, je ne disposais pas d'assez de temps pour visiter quelques mosquées de la ville telle l'Ulu Camii construite à l'époque des seldjoukides, ou Reşadiye Camii, mosquée ottomane qui a gardé des airs de la période romaine, semble-t-il.

Atatürk evi, la maison d'Atatürk, est une ancienne et belle demeure qui se visite et que je vous ferai découvrir demain plus longuement.

               

L'économie de Silifke est basée sur l'agriculture, du bétail et du tourisme. Tout autour du delta de la Göksü, on produit des haricots, des arachides, du sésame, des bananes, des oranges et des citrons. On y trouve également du coton, du raisin, des lentilles, des olives et du tabac . Ces dernières années il y a eu un grand investissement dans des serres pour produire des fraises http://dubretzelausimit.over-blog.com/article-29418679.html.

Le yaourt de Silifke est célèbre et est même le sujet de chansons et de danses dans la région. Tous les ans depuis 1974, a lieu, du 19 au 26 mai, un festival de la culture et du tourisme mettant en avant les richesses du cru, en particulier le folklore et la musique locale.

A la sortie de Silifke sur la route de Mut se trouve Kıbrıs şehitliği, le cimetière des Martyrs. Une forêt d'une superficie de 9 ha a été aménagée en 1976 à la mémoire des 454 soldats morts dans le secteur durant les évènements de Chypre. 

                           
                              Le monument commémoratif situé à l'intérieur du cimetière

A côté de chaque tombe, un arbre a été planté là... Différents engins militaires ainsi qu'un petit musée sont également visibles sur place.

             
                                                  435 tombes, 435 sapins....

 J'aurais aimé passé plus de temps à Silifke, aller dans le quartier des musiciens et celui des artisans... Il ne me reste plus qu'à prévoir d'y retourner, par exemple, à l'occasion du festival qu'il me plairait bien de découvrir.


arlette 19/06/2009 22:45

Très intéressant reportage.

Nat 24/06/2009 08:31


Autre lieu, à découvrir...


aytekin 17/06/2009 09:52

Heuresement que tu es là pour nous faire découvrir des nouveaux endroits à visiter en Turquie.

Nat 17/06/2009 18:14


Ce sera bientôt à ton tour...


chantal 17/06/2009 09:30

toujours interessant et comment ne pas rater l'article quotidien ! C'est nath.guide.com

Nat 17/06/2009 18:13


Pas mal le site !


Richard LEJEUNE 16/06/2009 09:46

Bon, j'ai encore dû effectuer une fausse manoeuvre. Merci donc, quand tu en auras l'occasion, d'effacer le premier de mes commentaires qui est parti plus vite que son ombre, ainsi que celui-ci, évidemment.

Nat 16/06/2009 09:48


C'est fait...


Richard LEJEUNE 16/06/2009 09:43

Tu nous avais déjà montré,me semble-t-il, ce château qui m'avait fait penser à celui d'Angers. Mais encore rien sur ce musée qui, comme beaucoup en Turquie, m'apparaît comme étant suprêmement intéressant. Et tu t'étais bien gardée aussi de nous dire que dans tes bagages, tu n'avais pas emmené là que des bretzels, mais aussi des cigognes ...

Nat 16/06/2009 09:50


Non, non, c'est la première fois que je parle de ce château. Il y avait précédemment celui de Kız Kalesi et de Karaman au programme... Quant aux cigognes, j'en ai rencontré déjà dans de nombreux
coins de la Turquie, elles me suivent à la trace...


Cedistic © 2014 -  Hébergé par Overblog