Du bretzel au simit

Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 14 ans

L’église Saint-Etienne des Bulgares à Fener, Istanbul

Les deux bâtiments les plus représentatifs du paysage du quartier de Fener au bord de la Corne d'Or à Istanbul sont incontestablement le superbe lycée grec orthodoxe dominant la colline et l'imposante église Sainte-Etienne des Bulgares assise en contrebas, sur la rive.

 

  15-mars-2011 2008 copy

    L'église Saint-Etienne des Bulgares à Istanbul, dans le quartier de Fener au bord de la Corne d'Or


En 1849, la communauté bulgare orthodoxe d'Istanbul, jusque-là rattachée au Patriarcat grec orthodoxe de Fener qui exerce alors sa juridiction sur l'ensemble des pays balkaniques englobés dans l'Empire ottoman, réclame aux autorités son indépendance et l'autorisation de créer sa propre Eglise.

 

   15-mars-2011 1997 copy

                                L'église Saint-Etienne des Bulgares à Fener


Le prince Stéphane Bogoridi, haut fonctionnaire ottoman d'origine bulgare et qui vit à Istanbul, offre la même année à ses compatriotes pour leurs besoins religieux sa propriété de Fener, au bord de la Corne d'Or.


Le premier étage de la maison de bois qui se trouve notamment sur le terrain va être transformée en chapelle dont l'inauguration a lieu le 9 octobre 1849.


Par la suite, elle devient une petite église appelée Saint-Stéphane en hommage au protecteur du généreux donateur.

 

               15-mars-2011-1999-copy.jpg   

            Avant celle qu'on voit de nos jours se dressait là une petite église en bois

    

En 1850, les deux maisons en pierre faisant également partie de la propriété sont démolies et leurs matériaux utilisés pour la construction d'une annexe de 3 étages servant d'abord de couvent, puis, bien plus tard, de siège à l'Exarchat bulgare qui sera maintenu jusqu'en 1912, lorsqu’éclate la guerre balkanique.


Les relations avec le Patriarcat grec de Fener continuent de s'envenimer, ce dernier refusant toujours la création d'une Eglise bulgare indépendante.  Cette dernière finit par voir officiellement le jour le 28 février 1870 après une âpre lutte durant de longues année, non pas sous forme de patriarchat mais d’exarchat géré par une assemblée composée d’évêques. Celle-ci va élire à sa tête Antim Ier le 16 février 1872, soit seulement près de deux ans après la naissance de l’Exarchat.

 

En 1890, l’Exarchat bulgare d’Istanbul reçoit l’autorisation du sultan de remplacer l’église en bois par une autre plus solide.

 

             Photo 001 copy

     Une iconostase de toute beauté orne l'église Saint-Etienne des Bulgares à Istanbul


Sa particularité principale, du point de vue architectural, réside dans le fait que l'ensemble de cet édifice religieux est en métal, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur. En effet, le sol ne peut supporter le poids d’une ossature en béton armé.


La  construction du nouvel édifice est confiée à Hovsep Aznavur, architecte arménien d'Istanbul, et c'est la société autrichienne R. Ph. Wagner à Vienne qui se voit chargée de la réalisation des pièces préfabriquées. Ces dernières, amenées par bateau via le Danube et la Mer Noire, seront assemblées et montées à Istanbul.

 

  15-mars-2011 2020 copy

A l'époque du montage de l'église, le lycée orthodoxe de Fener, construit en 1881,  autre image emblématique du quartier, surmontait déjà la colline de la Corne d'Or


Après un an et demi de travaux, l'église de style néo-classique et néo-baroque en profilé acier couvert de tôle et de fonte tenues par des soudures, des boulons et des rivets, est inaugurée le 8 septembre 1898.


D’une longueur de 32,50 mètres pour 12,50 mètres de large et 40 mètres de haut avec le clocher, elle pèse au total 500 tonnes.

 

           IMGP0815 copy

         Le clocher de l'église Saint-Etienne des Bulgares culmine à 40 mètres de hauteur


L’iconostase orthodoxe que l’on peut admirer a été réalisée, quant à elle, par la société moscovite Nikolaï Ahapkin. Les icônes peintes sont l’oeuvre de Klavdyi Lebedev, artiste russe. Quant aux six cloches, elles viennent également de Russie où elles furent moulées dans l'usine de Peter Olvyanchikov à Yaroslav.

 

   IMGP0827 copy

    Détail des icônes peintes figurant sur l'iconostase de l'église Saint-Etienne des Bulgares à Istanbul

             

Dédiée à Saint-Etienne, patron de la Bulgarie, elle peut accueillir 600 fidèles. Le jardin de l’église accueille les tombes de quelques militants religieux bulgares ainsi que de plusieurs métropolites.


En 2005, un jury composé d'ecclésiastiques, d'historiens de l'art et de professionnels du tourisme la classe parmi les dix plus belles églises de Turquie.

 

             26-mai-2008-071-copy.jpg

                Une décoration métallique qui ne nuit guère au charme des lieux


Durant la seconde moitié du XIXème siècle, quelques églises en fer en pièces détachées de ce type sont réalisées par les anglais pour être livrées dans certaines de leurs colonies éloignées. De même, Gustave Eiffel fait aussi construire quelques exemplaires dont une notamment pour le Mexique ainsi qu’une autre destinée au Chili.

 


Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chantal 15/05/2011 14:50


cet article me rappelle la chapelle otthodoxe dont il faut mériter le visite après la montée de la plus grande Ile aux Princes !


Nat 16/05/2011 09:45



Ce n'est pas une chapelle, mais l'église Saint-Georges à Büyükada.



FANNY 14/05/2011 23:02


Pour nous, les orthodoxes, le quartier du Fener est un lieu beni. Merci de ces belles photos et ce reportage si riche et detaillee! Peu a peu, je lis et regarde tous vos posts et ai beaucoup du
plaisir. Felicitations!
FANNY


Nat 15/05/2011 06:58



Merci Fanny



Martine 13/05/2011 22:47


Interessant, cette conception en métal...je l'ignorais...merci pour cet article...je vous envoie en retour le soleil et la chaleur qui vous font défaut...